Filmer en mer 

"Boat Movie", ce sera aussi cela... 

Les ombres veillent sur le port de Camaret 

Une remontée qui passe par le large 

Filmer la mer 

Toutes ces ombres ont une histoire à raconter 

Goélands 

l'île d Sein 

Moonlight 

Sorc'Henn à Sauzon 

Chatte à bord 

  

Embarquer un nouvel animal signifie toujours une part de risque. Notre minette (une chatte Maine coon), en dehors de quelques soucis de mal de mer au début, va très vite s'adapter à sa vie nomade. Sa grande passion: regarder les oiseaux et... la mer! 

Le bilan 

  

Beaucoup d’images tournées pour notre film, d’autres images plein la tête, des esquisses de scénario, de beaux moments partagés, une chatte qui s’est complètement intégrée à la vie nautique, un bateau qui « fait son job » et qui se plaint rarement... La saison prochaine s’annonce déjà avec comme direction le Nord, de nouvelles rencontres et, bien sûr, la suite de « Boat Movie ». 

La remontée grande vitesse 

  

Un désir de navigation plus au large et sur de plus grandes distances nous prend après notre descente à petits pas. C'est un autre rythme et un autre plaisir. Plus besoin de se soucier de "la navette des îles" ou des nombreux casiers de pêcheurs. La mer semble nous être offerte pour nous tout seul, car les bateaux se font plus rares.  

Filmer en mer 

  

Pour ne pas alourdir le blog et mélanger les sujets, un chapitre "filmer en mer" a été ajouté. 

Il concerne les personnes intéressées à la manière dont nous tournons "Boat Movie". 

Que de belles rencontres 

  

Les gens de mer sont facilement bavards, surtout à l'heure de l'apéro. Les histoires que certains nous racontent sont parfois surprenantes, insolites, pas toujours gaies, mais souvent très belles. À nous de sublimer ces récits en y mettant des images, une bande-son. Travail délicat si on ne veut pas tuer l'émotion apportée par ces beaux témoignages. 

La galère des goélands 

  

Pour effectuer certains types d'images, nous avons embarqué un drone. Nous allons vite nous heurter à un premier problème: les interdictions de vols. Passe encore pour ce qui concerne les villes, les aéroports, usines atomiques et j'en passe, mais la plupart des vetos concerne des zones militaires. L'ennui, c'est que même un morceau d'eau salée à 30 Milles des côtes (par exemple en Bretagne) peut être "zone militaire"! Comme si cela ne suffisait pas, les goélands détestent les drones et voient en eux des prédateurs. Ils n'hésitent pas à attaquer si nécessaire. Mais en étudiant avec précision la vie et les moeurs de ces volatiles, nous constatons qu'engins mécaniques et bestioles volantes peuvent vaguement cohabiter. Chaque vol restera cependant un moment stressant. 

La descente en petite vitesse 

  

Le tournage de "Boat Movie" nous oblige à une navigation lente avec des escales de plusieurs jours à chaque fois. C'est le seul moyen pour nous de comprendre les gens et de profiter de lumières adéquates. Nous prenons vite goût à ce rythme qui nous permet de ne plus simplement survoler une étape, mais de profiter au maximum de ce qu'elle peut offrir. 

Les préparatifs 

  

Il faut bien commencer par là. Pose d'une nouvelle capote de descente, petite réparation d'un hublot et surtout... nettoyage! Si la météo est sympa jusqu'à la mise à l'eau du voilier, elle décide ensuite de se gâter. Légère attente donc, avant de commence le voyage. 

On prend les mêmes... ou presque! 

  

Camaret-sur-Mer / La Rochelle, trajet déjà effectué en 2014 et 2016! Mais cette fois, la croisière se déroulera en "slow-motion": trois mois pour effectuer l'aller et retour! Explication: nous allons tourner une série de petits films regroupés sous le titre générique de "Boat-Movie".